dimanche 12 décembre 2010

L'opéra de Sydney























situation: cote est de l'Australie
type: sculpture urbaine
date de construction: 1957
date d'inauguration: 1973
dimensions: 183m de long, 120m à sa plus grande largeur, et 1.8hectars de superficie
architecte: Jorn UTZON
budget prévu: 7 millions de dollars australiens
budget réel: 102 millions de dollars australiens


L'Opéra de Sydney, une oeuvre majeure du XXe siècle :

L'opéra, symbole de l'Australie, est intégré dans un remarquable paysage côtier, près du célèbre pont de Sydney, le Harbour Bridge. C'est la principale attraction touristique de ville, même si la plupart des touristes ne vont pas assister à une représentation.

L'opéra se compose de trois groupes de "coquilles" voûtées et entrelacées qui abritent les deux principaux lieux de représentation et un restaurant. Les "coquilles" disposées sur une vaste plate-forme sont entourées de terrasses qui font office de promenades piétonnes.
La toiture, composée de plus d'un million de tuiles de céramique blanche, est inspirée de bol japonais.

L'intérieur est entièrement fait avec du granit rose, qui provient des carrières de Tarana (ville du sud de l'Australie)
L'opéra abrite 5 studios de répétition, 2 grands halls d'entrée, 4 restaurants, 6 bars, de nombreux magasins de souvenirs, et 5 théâtres :
*La grande salle de concert (The Concert Hall) avec 2679 sièges. Elle contient le plus grand orgue mécanique du monde (plus de 10 000 tuyaux).
*L'opéra proprement dit (The Opera Theatre) avec 1547 sièges. C'est lui qui accueille les représentations de l'Opéra d'Australie.
*La salle de théâtre (The Dram Theatre) avec 544 sièges.
*Une plus petite salle de théâtre (The Playhouse) avec 398 sièges.
*Le studio de théâtre (The Studio Theatre) avec 364 sièges.

En 1966, J. Utzon quitte le chantier suite à un différent avec le nouveau gouvernement de Nouvelle-Galles du Sud. La construction fut reprise par un groupe d'architecte locaux.

L'Opéra fut inauguré le 20 octobre 1973 par la reine Elisabeth II. L'évènement, national, fut retransmis à la télévision.

En juillet 2005, l'Opéra est inclus dans la Liste du patrimoine national, et en juin 2007, il a été consacré patrimoine mondiale de l'UNESCO

Quelques représentations pour la saison 2011 :
*Madame Butterfly
*Carmen
*La veuve joyeuse
*Le barbier de Seville
* et bien d'autres encore...


L'architecte:

Jorn UTZON (avril 1918, novembre 2008) est un architecte danois. L'Opéra de Sydney est son oeuvre la plus belle et la plus connue. En 2003, il reçoit la prix Pritzer (équivalent du prix Nobel pour l'architecture)

jeudi 18 novembre 2010

Cathy's book



"Cathy's Book" Sean Stewart et Jordan Weisman

Références :

Auteurs: Sean Stewart et Jordan Weisman
Éditeur: Bayard jeunesse
Date de parution: 23 octobre 2008
oeuvre: journal intime

Petite biographie des auteurs:

- Sean Stewart:

  • Sean Stewart est né au Texas en 1965
  • Il a fait des études littéraires, il a décider de se consacrer a l'écriture
  • Il a écrit les livres: "à la confluence de Faulkner, Tolkien, Dostoïevski, Conrad et Ursula Le Guin" ainsi que " l'oiseau moqueur" mais son plus grand succès a été Cathy's Book.

-Jordan Weisman

  • Il a été diplômer à Chicago et à brièvement fréquenter l'université de celle même ville,puis il a quitté l'école pour poursuivre ses intérêts commerciaux.
  • Il se lance dans la conception de jeux vidéos dès 1980 avec FASA Corporation,suivi de Virtual Worlds Entertainment en 1988,de FASA Interactive en 1995 ou encore de Wizkids en 2000
  • Il est co-auteur avec Sean Stewart de Cathy's Book.
Résumé du livre Cathy's Book:
Un an auparavant Cathy a perdu son père, et sa mère est depuis dépressive. Elle tombe amoureuse de Victor et celui-ci vient de la plaquer sans raison.Elle est intriguée par sa soudaine disparition et par la mort de Carla Beckman, celle que Cathy détestait plus que tout et qui fréquentait Victor. Complètement abasourdie par la rupture, Cathy entreprend des recherches et fouille chez lui. Elle veut savoir ce qui s'est passé et trouve suspecte la mort de Carla et fait la rencontre de Tsao "l'oncle" de Victor car en vérité Victor est un des immortels vivants sur Terre.
Elle est entraînée dans une foule de péripéties, fait des conclusions (pas si concluantes que ça) et finit par être emmenée par deux faux policiers, engagés par l'ancêtre Lu, l'un des huits immortels il prétend vouloir trouver un sérum d'immortalité pour que tous les terriens soient immortels (mais il veut surtout rendre immortelle sa fille cadette). Cathy se retrouve nez à nez avec la mort mais Victor débarque pour la sauver.

Suite de cathy's book:
  • Cathy's key apparut le 13/11/2009
  • Cathy's ring apparut le 28/10/2010

mercredi 17 novembre 2010

Steven Meisel

Steven Meisel (Né à N.Y. en 1954) est un photographe de mode américain popularisé par son travail dans les éditions américaines et italiennes du magazine VOGUE.
Il est le photographe exclusif de toutes les couvertures de VOGUES ITALIA depuis 20 ans grâce à ces clichées peu ordinaires. D'ailleurs en 2006, il obtient le prix de la photographie appliquée.

Ce grand photographe de mode fait des séries de "clichés chocs", sulfureux mais toujours avec un bel esthétisme et une très belle mise en scène. Chacun de ces clichés est original car il met en scène l'horreur d'une réalité contemporaine, liée au progrès sous couvert d'une grande photo de mode, où se mêlent beauté et horreur.

Par exemple, il a fait une série de photos intitulés "Water & Oil " (eau et pétrole) qui témoigne de la catastrophe écologique du Golf du Mexique du à l'explosion d'une plate-forme pétrolière, qui a deversé 780 millions de litres de pétrole brut, dans la mer pendant plus de trois mois.
Dans ces clichés, nous pouvons voir le mannequin ,Kristen McMenamy, mazoutée et suffocante sur des rochers. Ces clichés sont d'une indubitable réussite artistique et interpellent le spectateur sur la catastrophe naturelle en présentant la mannequin américaine comme un oiseau victime du pétrole, symbole des répercussions de cette catastrophe sur l'éco-système.



Sur cette photo ,Kristen McMenamy pose blafarde, trempée et enduit de pétrole, agonisant sur des rochers, telle une apparition cadavérique, dans une tenue noire, à plumes, engluée d'hydrocarbure et entourée d'un hâlo de fumée blanche qui se reflète sur la surface huileuse du rivage : Elle met en scène la marée noire dans un décor de désolation.





Meisel a réussit à capturer des instants troublants. Sur ce gros plan, nous pouvons voir Kristen, agonisante et recrachant de l'eau de mer écumeuse sur une plage. Elle crispe sa main sur sa gorge, s'touffant dans un dernier souffle. A travers son visage, on comprend la toxicité du pétrole qui enduit son corps, ses mains et ses cheveux gris. Nous pouvons ressentir la douleur et la faiblesse exprimées par le mannequin. Ce jeu d'ombres et de lumières peut être traduit par la lumière du désastre.
Ces deux clichés interprétent la lutte contre la survie dans un décor de désolation.
Ces images sont faites pour choquer le spectateur et le sensibiliser au respect de la nature.

Ces clichés sont des chefs-d'oeuvre d'Art contemporain et subliment à la perfection un sujet n'ayant aucune connexion avec la mode.

Typhaine.D

mardi 2 novembre 2010

Le David de Michel Ange


Le david


Artiste : Michel-Ange Année : 1501-1504 Technique : Sculpture

Type : statue de marbre Dimensions : 5.14 mètres

Localisation : Galerie de l’académie de Florence


Sculpté dans un bloc de marbre laissé à l’abandon par deux sculpteurs Agostino di duccio et Antonio Rossellino car ceux-ci le trouvaient trop compact, il y avait trop de veinures et surtout il était trop étroit. Michel-Ange le reprit et y travailla 3 ans de 1501 à 1504.

Michelangelo dit en français Michel-Ange est né le 6 mars 1475 et est mort le 18 février 1564. C’était un peintre, un sculpteur, un poète et un architecte italien de la Renaissance.

Portrait de Michel Ange par Daniele Volterra

Sur cette sculpture on peut voir un jeune athlète complètement nu, avec une fronde dans la main gauche. C’est la représentation de David contre Goliath. Mais contrairement au David de Donatello qui lui, est représenté après sa victoire contre le géant, le David de Michel-Ange quant à lui est représenté avant le combat au moment où il défie le géant Goliath. On peut voir également que le poids du corps repose sur une seule jambe : un contraposto nerveux ce qui nous fait penser à une violence contenue : David s’apprête à lancer la pierre qui défoncera le crâne de Goliath.

Sur cette photo ci-dessus nous le voyons calme, serein alors que nous pouvons si l’on regarde ses traits de visage, nous pouvons le voir anxieux et concentré .


Le style de cette sculpture est l’esthétique de l’inachevé, on reconnaît bien là le style de Michel-Ange. Le sommet de la tête montre un peu de surface du bloc : non sculpté. De même Michel-Ange utilise la disproportion dans les mains, ce qui montre bien l’importance du geste de David.


Clément

La Trahison des images.


La Trahison des images (1929, huile sur toile, 59 x 65 cm, Art Institute of Chicago) est un des tableaux les plus célèbres de René Magritte.




René François Ghislain Magritte, né le 21 novembre 1898 à Lessines en Belgique, dans le Hainaut, et mort à Bruxelles le 15 août 1967, était un peintre surréaliste belge.Il étudiera à l’Académie royale des Beaux-Arts de Bruxelles
Il est le représentant le plus important du surréalisme belge. Après avoir fréquenté l’Académie des Beaux-Arts de Bruxelles, l’artiste peint ses premiers tableaux vers 1916.

La Trahison des images représente une pipe, accompagnée de la légende suivante : « Ceci n’est pas une pipe ». L'intention la plus évidente de Magritte est de montrer que, même peinte de la manière la plus réaliste qui soit, un tableau qui représente une pipe n’est pas une pipe. Elle ne reste qu’une image de pipe qu'on ne peut ni bourrer, ni fumer, comme on le ferait avec une vraie pipe.

Le peintre :


































Le surréalisme, né après la première Guerre Mondiale, est caractérisé par son opposition à toutes conventions sociales, logiques et morales. C'est un mouvement qui prime le rêve, l'instinct, le désir et la révolte.

André Breton, le leader du mouvement surréaliste est le premier à donner une définition du surréalisme:
Surréalisme, n. m. Automatisme psychique pur par lequel on se propose d'exprimer, soit verbalement, soit par écrit, soit de toute autre manière, le fonctionnement réel de la pensée. Dictée de la pensée, en l'absence de tout contrôle exercé par la raison, en dehors de toute préoccupation esthétique ou morale.

À partir des années 20, le mouvement se propagea dans le monde entier.

Pour démontrer clairement ce qu’est le surréalisme , les œuvres de René Magritte sont de très bons exemples. Mais le surréalisme ne s’arrête pas à la peinture , c’est un mouvement artistique très large qui tend à s’intéresser à de nombreuses catégories , affectant les arts visuels, la littérature, le cinéma, la musique, la langue ainsi que la pensée politique, la philosophie et la théorie sociale.

Le mouvement surréaliste regroupe ainsi de nombreux artistes comme : Giorgio De Chirico, (Portrait prémonitoire de Guillaume Apollinaire, 1914), Max Ernst (Ubu Imperator, 1923) , Man Ray (Le Violon d’Ingres, 1924),Joan Miró (La Sieste, 1925), Salvador Dali ( Lion, Cheval, Dormeuse invisibles, 1930) ,Victor Brauner (Loup-Table, 1939-1947)


Ce mouvement meurt malheureusement peu de temps après celle de son leader , André Breton en 1966 mais nous laisse encore à ce jour un riche héritage , aux sujets et thèmes transcendants les époques ; intrigants , graves , loufoques , drôles et parfois noir, qui ne cessera jamais de nous surprendre.


Alex M.

dimanche 10 octobre 2010

< "Teen Song" >


"Teen Song" Claudine DESMARTEAU

# Références principales de l’œuvre :

Ø Titre : « Teen Song »

Ø Auteur : Claudine DESMARTEAU

Ø Edition : Albin Michel

Ø Date de publication : 2009

Ø Œuvre : Roman

# Information sur l’auteur :

Ø Claudine DESMARTEAU est née en 1963.

Ø Elle a fait des études de Dessinatrice et a été diplômé par l’école nationale des arts appliquées de Duperré.

Ø Début de carrière : Auteur illustratrice

Ø Aujourd’hui : Auteur illustratrice pour la presse et l’édition

Ø Elle a déjà publié quelques œuvres dont les plus connues : « Salpote », « Mes années 70 », « le petit Gus » et « Trouilleland »(BD).


# Analyse de l’œuvre :

Ø « Teen Song » réunit 3 arts dans un seul roman : la Musique, le Dessin et la Littérature.

Ø Nous sommes en pleines période de la crise économique en France. Nous voilà dans la peau d’une adolescente âgée de 14 ans partagée entre son collège où règne une directrice stricte avec ses élèves, entre ses sentiments de jeune fille ainsi que sa passion pour un groupe de Rock Mythique, Led Zeppelin.

Ø La jeune adolescente a des parents divorcés dont sa mère qui est remariée avec un homme travaillant dans la finance. L’ado tient durant cette période instable « un carnet », pour ne pas dire journal intime, puisque les nouvelles concernant la crise économique n’arrange pas le moral du beau-père. Ce dernier, n’est d'ailleurs pas aimable avec son entourage. L’adolescente voit parfois son père, qui lui, est guitariste. Il essaie de renouer les liens avec elle en lui offrant des DVD, CDs et Biographies de son groupe favoris.

Ø Tout au long du roman nous découvrons l’histoire du groupe mythique Led Zeppelin , de sa formation à sa séparation. (Pour information : groupe formé en 1968 en Angleterre, le plus populaire des années 70 et ayant pour manager Peter Grant.)

Apres... si vous désirez en savoir plus et éviter de lire les grosses biographies, lisez Teen Song !

Ø >.Ces graffitis représentent les personnages de l’histoire comme le montre cette image ci-dessous où Claudine Desmarteau s’est inspirée d’une photographie du groupe pour en faire un dessin et nous montrer visuellement les musiciens.

> John Bonham alias Bonjo (batteur), Robert Plant alias Percy (chanteur), Jimmy Page alias Percy :(guitariste), John Paul Johns alias Jonesy (bassiste)

# 3 univers artistiques en un livre !

- La Musique : l’histoire du groupe mythique Led Zeppelin ;

- Le dessin : les représentations des personnages, les dialogues ;

- La littérature : une partie de la vie de l’adolescente d'aujourd’hui.

Ces 3 univers rassemblés rendent la lecture plus agréable, dans un contexte récent (Crise économique de 2008-9), pour découvrir l'histoire d'une adolescente accro à son mp3 ainsi qu'à son groupe favori.


Pour avoir une petite idée de la musique du groupe :







"Vive la République", une belle rencontre archéologique



Le 23 septembre 2010 nous sommes allés au musée de la Cour d’or à Metz pour assister à une conférence de Mme Dupond, sur l’archéologie, ainsi qu’une visite de l’exposition « Vive la République ! ».

Mme Dupond est responsable du pôle archéologique de la CA2M (communauté d'agglomération de Metz) et nous a d’abord présenté son métier : la formation requise pour devenir archéologue (minimum BAC+5), les différentes fouilles pratiquées telles que les fouilles préventives (quand le site est en danger et qu’il faut agir vite) ou les fouilles programmées (le site n’est pas en danger, les recherches sont donc longues et peuvent durer plusieurs années) ainsi que les différentes spécialisations du métier d'archéologue (l'archéozoologue, l'anthropologue, etc...). Le service qu'elle dirige pratique en général davantage les fouilles préventives....surtout dans la ville de Metz. C'est à cette occasion qu'elle a dirigé celles de la place de la République au moment des vastes travaux de réaménagement de la place.


Puis nous a fait visiter l’exposition qui regroupe les découvertes faites sur la place de la République à Metz durant la campagne de fouilles de 2008. (mais aussi des campagnes précédentes de l'Esplanade et de l'Arsenal). Parmi ces découvertes nous avons pu voir le fragment d’un gros bloc taillé rectangulaire nommé « l’autel de Cybèle » et qui représente des scènes de procession liées au culte de la déesse orientale Cybèle."

L'exposition présentait également les différentes étapes de l'occupation de la place de la République : la période de l'âge du fer, la période gallo-romaine, puis l'époque médiévale (avec ces belles maisons patriciennes où l'on a découvert de magnifiques verres du XVIe siècle) puis la construction de la Citadelle à l'époque moderne pour enfin présenter le projet d'aménagement de l'actuelle place de la République vidée de son immense parking.


Pour finir : un grand merci au Musée de la Cour d'Or de nous avoir accueilli et bien sûr, à Mme Dupond.

Pour plus d'infos, lire le catalogue de l'exposition


Audrey Fickinger


dimanche 19 septembre 2010

.: Le mur des "je t'aime" :.



        ~ Présentation de l’œuvre :

  • ·         Nom de l’œuvre : Le Mur des «  je t’aime »
  • ·         Initiateur : Frédéric BARON
  • ·         Artiste en calligraphie : Claire KITO
  • ·         Constructeur artistique : Daniel BOULOGNE
  • ·         Date de réalisation : 2ooo
  • ·         Type : Calligraphie et peinture
  • ·         Support : 612 carreaux  en lave émaillé
  • ·         Dimension : surface 4o m²
  • ·         Lieu d’exposition : Paris, plus précisément à Montmartre dans le square Jehan Rictus Métro : Abbesses
  • ·         Style : Contemporain

 

~ Quelques mots concernant les 3 pièces majeures de cette œuvre inédite 

Frédéric Baron, spécialisé dans la photographie, a toujours rêvé de faire le tour du monde, non pas en 8o jours, mais en récoltant  8o « Je t’aime ». Ne pouvant voyager, il eut l’idée de parcourir les rues de Paris à la recherche de nombreuses déclarations d’amour. Pari plus que réussi, puisqu’il a récolté près de 1ooo mots doux en 3oo langues différentes.

C’est avec l’aide de Claire Kito, artiste en calligraphie d’extrême orient et chinoise, qu’ils rassemblent une centaine d’écritures, image de la diversité des langues et dialectes qui enrichissent le monde entier.

Cette œuvre fut aboutie grâce à Daniel Boulogne, constructeur artistique, spécialiste en mur peint, en l’an 2ooo…Tous les trois sont à l’origine d’une œuvre magique, située dans un endroit  calme et verdoyant, où  seul l’Amour et le romantisme règnent…

~ Analyse technique de cette œuvre publique :

        Le mur des « je t’aime » : un  monument qui fait rêver. 4om² de carreaux de lave émaillé, couleur encre, rappelant fortement les feuilles de papier sur lesquelles ont été réunies les diverses écritures manuscrites. Un fond d’un bleu profond comme celui de la nuit, décoré d’une multitude de souffles d’amour blancs.

            On peut y voir du rouge, couleur vive jouant avec le contraste de ce bleu foncé. Un trio de couleur à l’image de Paris. Ces fragments colorés qui parsèment ce mur représentent un cœur, un cœur déchiré en milles morceaux par la guerre, la violence et l’inhumanité. Un cœur brisé que seul l’amour  peut rassembler…

            Au dessus de ce mur, une pin-up , Ava Gardner,  est  représentée par Jean -Marc Paumier, plus connu sous le pseudonyme de "Rue meurt d'art" . Elle donne l’image de la femme désirée, toute droite sortie d’un cabaret parisien… Dans sa robe bleu foncé (rappelant les carreaux de lave) et accoudée à une table, elle dit : «  L’amour c’est du désordre, alors aimons. »

~ Sens de l’œuvre :

        A l’origine, le mur est le symbole d’une division, de l’exclusion ou du renfermement. Ici, ce mur est au contraire l’image d’un monde meilleur. Il rassemble la population autour d’une même idée...



lundi 12 juillet 2010

l'archéologie, c'est l'aventure....parfois


Je suis tombé sur ce formidable objet multimédia qu'on peut retrouver sur le site du Monde à cette adresse. C'est un reportage photographique, avec des séquences vidéos et commenté par l'archéologue lui-même. Le jeune archéologue (27 ans), Geoffroy Heimlich raconte sa campagne archéologique au Congo à la découverte de dessins rupestres et de leur compréhension.


Loin d'être Indiana Jones, le jeune archéologue nous fait partager ses tâtonnements et ses interrogations. Comme Claude Lévi-Strauss, sa recherche ne peut se comprendre sans aller à la rencontre des populations et flirter avec l'ethnologie.

Bref, un reportage très séduisant sur le site du MOnde

Complété par les choeurs de la brousse que l'on peut écouter ci-dessous.








vendredi 28 mai 2010

Une approche originale du baroque : la grille et l'ornement



Nous avons eu aujourd'hui la chance d'assister à un cours-concert de JB-Mauduit et d'O. Cachon.


JB Mauduit, professeur de philosophie et à ses heures, musicien et amateur de ferronnerie d'art nous a proposé une réflexion très personnelle sur l'art baroque.

Ce dernier a tenté d'expliquer ce qu'était le baroque en comparant l'ornement en musique avec l'ornement en ferronnerie d'art.
On trouve par exemple dans l'ornement musical l'appogiature, le tremblement, le flattement ou le pincé...L'ornement dans la ferronnerie d'art, c'est par exemple : le rinceau, la feuille d'eau, le rocaille, la rosace, le fleuron ou le culot etc...




Démonstration musicale à l'appui, il explique que l'ornement est ainsi constitutif de l'art baroque.....il est à la fois additionnel dans le sens où il s'ajoute mais s'intègre à l'œuvre en se rendant indispensable.... C'est en cela que l'ornement est paradoxe : à la fois superflu et nécessaire...




video



JC Diedrich

mercredi 26 mai 2010


Voyage à Paris le 12 mai 2010

Nous voici à Paris pour la découverte d'une partie des richesses de la capitale .







Après une étape sur la place des Vosges pour admirer l'architecture de cette place royale, nous nous rendons au musée de Cluny pour assister à une visite-conférence sur les "traces" des commanditaires d'oeuvres d'art de l'Antiquité au Moyen-Age à travers les vitraux, les sculptures et les tapisseries de la Dame à la Licorne étudiée en cours.















La place des Vosges au petit matin , Dans le musée de Cluny






Et si l'on faisait notre cinéma !

La nuit au musée : les animaux des tapisseries s'animent une fois la nuit venue dans le musée !


Après avoir subi une attaque en règle des pigeons sur le parvis de Notre Dame, nous déambulons dans les rues de l'île St Louis et de la Cité pour un rallye culturel, avec une étape dans la cathédrale, chez le glacier Bertillon et au marché aux fleurs.


Le bossu de Notre-Dame nous observe du haut des tours pendant notre pique-nique




Chevet de Notre Dame de Paris









Un des plus vieux cafés de Paris, devenu "boîte de jazz" ,Halte gourmande dans l'île St Louis




Puis direction Le Louvre pour y découvrir certaines oeuvres étudiées depuis le début de l'année comme la victoire de Samothrace (stupéfiante !), les tableaux de Vermeer, de Poussin ...sans oublier l'incontournable Joconde !



Da Vinci Code : course poursuite pour voir les oeuvres du musée ...et trouver la sortie !



Nous rejoignons ensuite le Centre Pompidou après un petit détour dans les rues animées du quartier des Halles .








Ratatouille : nous retenons notre souffle devant le magasin de dératisation. Pauvres rats suspendus par la queue !






















Le centre Beaubourg fait toujours son effet, surtout avec les drôles de petites cabanes en bois.

















La vue sur les toits de Paris est magnifique malgré le temps couvert.


Les aristochats : vue sur les toits de Paris mais où sont Duchesse et ses chatons ?



Finalement, c'était une journée agréable, riche en découvertes, malgré le froid et les douleurs aux pieds après cette "traversée de Paris"...beaucoup moins glissante que la randonnée toscane !


d'après les commentaires de la classe de 2e HIDA
















lundi 24 mai 2010

Visite de l'opéra à Nancy



Mercredi 10 mars 2010

La classe de 2e brave le froid pour visiter la place Stanislas et l'opéra national de Lorraine.


La place Stanislas est une place royale créée par le duc de Lorraine en l'honneur de son gendre Louis XV, vers 1751.

Les bâtiments de style classique sont associés à des grilles et deux fontaines de style baroque, réalisées dans l'atelier de J Lamour.



L'opéra n'était pas sur la place à l'origine. Il se trouvait à l'arrière du musée des Beaux-Arts et a été détruit par un incendie au début du XXe siècle. Il est reconstruit de 1909 à 1910 à la place de l'évêché par J Hornecker qui conserve la façade classique.



La visite de l'opéra débute par les coulisses : loge des chanteurs, atelier de confection des costumes ...
Puis la classe pénétre dans la salle de spectacle et assiste du balcon aux réglages des lumières pour le futur spectacle L'enfant et les sortilèges de Maurice Ravel.


La visite se termine dans les foyers. Les spectateurs du balcon et de l'orchestre se retrouvent dans le foyer principal décoré de manière classique, avec dorures, statues de muses .... Le deuxième foyer, destiné au début du siècle aux spectateurs moins fortunés, est plus petit mais il a la particularité d'être décoré de carrelages Art Nouveau.

Le foyer central (ci-dessus) et le foyer secondaire (ci-dessous)

Une prochaine étape l'année prochaine : assister à la représentation d'un opéra ?

dimanche 23 mai 2010

Voyage en Toscane 2010



Dans le cadre de notre option, les élèves d'Histoire des Arts ont pu se rendre en Toscane (Florence, Sienne, Pise) en avril dernier afin d'illustrer et d'approfondir notre cours sur la Renaissance.





La visite de la galerie des Offices fut l'occasion de voir les tableaux les plus célèbres de la Renaissance : Lippi, Botticelli, Michel Ange, Raphaël etc....


Nous nous sommes également promenés dans la campagne toscane.....et se fut l'aventure.....les pieds dans la boue.........traversée de ruisseau et touti cuanti......Nous avons également visité une oliveraie....pour saisir la douceur de cette belle région.

Heureusement, tout est bien qui fini bien !



JC Diedrich

jeudi 21 janvier 2010

L'écriture médiévale aux archives départementales




Hier, nous nous sommes rendus aux archives départementales pour découvrir quelques parchemins, cartulaires, lettrines et autres palimpsestes...



Nous complèterons en cours la suite du fascicule....et nous nous interrogerons sur la place du livre à cette époque. Hein, Mickey ? Non Julie...c'est faux !

En attendant, quelques clichés pris pendant la visite...


Merci aux Archives pour leur accueil.

JC Diedrich